La piété à Marie & la devotion à Marie

Le fondement de la dévotion (autrement dit de la piété) envers Marie se trouve dans les Evangiles eux-mêmes. A les lire attentivement, on s’aperçoit que la Vierge de Nazareth y est présente tout au long, bien que d’une présence voilée et en retrait ; par contre, dans les moments décisifs et cruciaux de la vie de son Fils Jésus, le Verbe de Dieu, le rôle de Marie est  très explicitement rapporté par les Evangiles.

Tous ceux qui reconnaissent la Bible comme un texte sacré et fondateur, vouent à Marie respect et honneur

C’est pourquoi les chrétiens catholiques et orthodoxes ne sont pas les seuls à honorer la Mère de Jésus : tous ceux qui reconnaissent la Bible comme un texte sacré et fondateur, lui vouent respect et honneur. Il est évident que ce respect envers la Mère de Dieu prend une force et une ampleur particulières dans l’Eglise, qui depuis l’aurore de sa foi au Christ prie sa Mère avec les paroles mêmes de l’ange Gabriel dans les Ecritures, celles de “l’Ave Maria”, connu universellement et récité par les chrétiens, tout autour de la terre ! Le chapelet (et son développement en rosaire), le Magnificat, tout comme les grandes prières de louanges et les hymnes telle l’hymne Acathiste sont les formes de prières les plus anciennes du patrimoine universel de la piété mariale dans l’Eglise.

La dévotion à Marie  est unie à la vie spirituelle de l’Eglise

Ce trésor de piété s’exprime d’ailleurs  de multiples façons dans l’Eglise universelle : les neuvaines à Marie, les objets pieux (statues, images et autres dizainiers), les périodes de la semaine, ou du calendrier liturgique, les lieux (chapelles, sanctuaires, basiliques ou cathédrales) qui sont dédiés à la Vierge et même les consécrations à sa personne proposées par les diverses familles spirituelles qui l’ont choisie pour modèle de vie au long de l’histoire de la chrétienté, montrent suffisamment à quel point la dévotion à Marie  est unie à la vie spirituelle de l’Eglise. On assiste même depuis le concile Vatican II à un renouveau de la piété envers Marie. Rappelons au passage que c’est précisément durant le Concile, le 21 novembre 1964, que le pape Paul VI a proclamé magistériellement Marie, “Mère de l’Eglise”.

Vatican II a réaffirmé l’importance de la dévotion populaire

De même, Vatican II a réaffirmé l’importance de la dévotion populaire en confirmant la légitimité des images sacrées du Christ, de la Vierge et des saints, face à certaines tendances visant à les éliminer des sanctuaires. Car la piété, la dévotion envers la Vierge ne relèvent pas d’un sentimentalisme mais bien d’un amour envers Celle qui est Mère et modèle pour  conduire les hommes, ses enfants, à rencontrer le Christ. La piété filiale envers la Mère de Jésus suscite chez le chrétien, observe le pape Jean Paul II, “la ferme décision d’imiter ses vertus”.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s